ATELIERS VOGLER

FOR ANY INFORMATION PLEASE CONTACT  jean.roulet@.telenet.be

Les Ateliers Vogler : une idée de l’art.

« Nous demandons aux artistes le maximum, le paroxysme, le métaphysique, l’inouï, l’insolite, l’inédit, alors que le public veut un art à sa mesure … un art du commun, art sans risque et sans mystère, lorsque ce n’est pas simplement une décoration d’appartement».

Michel RAGON

Aux ateliers Vogler nous pensons qu’il y a en toute femme et en tout homme un créateur potentiel.

Dans chaque enfant il y a un artiste disait Picasso. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant.

« Il faut faire de tout homme un créateur »,  dit Saint Exupéry.

« L’art et rien que l’art !  C’est lui qui nous permet de vivre , qui nous persuade de vivre , qui nous stimule à vivre », déclare  Nietzsche ,  et Marx enchaîne :  « L’art est la plus haute joie que l’homme se donne à lui-même » et Alain  de conclure :

« Tous les arts sont comme des miroirs,  où l’homme connaît et reconnaît quelque chose  de lui-même qu’il ignorait ».

Une vie,  et aussi du travail, beaucoup de travail,  une dose de passion.

De la rigueur   et   cette sincérité indispensable  qui refuse la médiocrité.

Est médiocre ce qui est faux, ce qui ment …Se dire artiste dans une société avide de profits rapides, c’est élever le niveau de ses exigences, c’est refuser tout compromis, tout amalgame.

Il n’y a de véritable artiste que dans la sincérité.
L’art avant d’être production ou habilité est d’abord dévoilement, instauration ou jaillissement d’une vérité.

Emettons un concept :

Est beau , ce qui  est vrai, en harmonie avec le lieu et l’époque , sans artifice .

La véritable œuvre d’art est le fruit d’une synthèse. Elle assimile certains aspects du réel, les concentre, les organise, les construit en un ensemble de lignes, de formes ou de couleurs qui ont leur beauté propre certes, mais qui sont surtout pour le créateur autant de moyens d’expression de sa vision intérieure. Vision à la fois consciente et inconsciente, individuelle et collective, intellectuelle ou instinctive, qui nous livre les secrets de la personnalité de l’artiste, mais aussi les échos de son temps et plus profondément encore, des reflets de la sensibilité primitive qui subsiste dans l’humanité.

Le monde change, les cultures se transforment  à la vitesse de la lumière, les repères éclatent.

Aujourd’hui, se dire artiste entraîne plus que jamais une  série de responsabilités importantes :

celles de guider, d’ouvrir les yeux les plus rebelles, d’enseigner à voir comme on apprend à lire

Apprendre à lire demande des années d’efforts, une volonté et une énergie importante .

Il y a des domaines où il est difficile de tricher :

lire et écrire sans faute, apprendre la musique et la jouer demande un apprentissage exigeant,  long et progressif.

Aujourd’hui les aspirants comédiens doivent posséder de multiples qualités pour réussir.

La danse est la synthèse de tous les arts.

La petite histoire des Ateliers Vogler

En 1992 :   Vernissage au 17 rue Vogler d’une exposition d’œuvres prêtées par la   commune ; retraçant par de remarquables tableaux  le souvenir de la présence d’artistes  importants  dans l’immeuble. Un nombreux public suit le Bourgmestre Francis  Duriau  qui coupe un ruban. C’est la réouverture des ateliers Vogler .

En  novembre 1993 : Exposition « Oswald Poreau et l’atelier Vogler »s’est tenue dans la prestigieuse salle de l’Hotel Communal de Schaerbeek.

En  juin  1994 : nous déposons  les statuts de l’Asbl   « Les Ateliers Vogler ».

En 1995 : Décès de Clément Crick , membre actif et professeur à l’école normale Charles Buls ;  en son souvenir,   nous organisons une exposition de ses œuvres léguées par testament , une œuvre est offerte à tous ses amis ;  un fonds rassemble des dons au bénéfice de l’ASBL

A l’initiative de Victor Martiny , l’immeuble est classé pour sa façade et pour son atelier du 17A,  qui est un bel exemple d’atelier d’artiste de la fin XIXe s

En mai 1997 : Exposition Monique Cornil.

En octobre  1997 : Exposition Robert Spanoghe.

En novembre 97,  nous louons un espace au 26 de la rue Vogler et avec l’aide de  Celine Ververs, nous ouvrons l’atelier de terre cuite qui évoluera ensuite en atelier de sculpture céramique d’après modèle vivant grâce à l’influence de Pol Boom .

En juin 1998 Exposition  de Marianne Stevens ,  une artiste gantoise

En décembre 1998 :  Exposition de Bianca Sirucek- Penic

En février  1999 : Exposition de Roger Somville  en parallèle avec la commune , c’est l’année de    l’arrivée de Paul Boom.

En 2000 : Exposition  de Liliane Tackels

En novembre 2000 :  Exposition  d’ensemble  au centre culturel de Schaerbeek .

En janvier 2002 : Exposition  de Nelly Lesire et de  Francine Trachsel à la maison des Arts.

En décembre 2004 : Une exposition  en la salle du Musée de l’Hôtel communal de Schaerbeek

En octobre 2005 : création de l’ « Espace Pol Boom » et grande exposition en nellehommage au sculpteur qui aura marqué de son empreinte nos ateliers Vogler.

En décembre 2006 : Exposition la Maison des Artistes à Anderlecht.

Novembre 2008  Exposition à la Maison Pelgrins à S’Gilles

Les  Ateliers Vogler : un creuset fertile.

Notre groupement n’est pas une école d’art, mais un espace privilégié de créativité, un lieu où peuvent être mis en pratique les principes de fraternité, de tolérance et d’écoute mutuelle.

L’Art est notre boîte à outils. Elle  permet de nous découvrir et de nous connaître pour mieux appréhender le monde  qui nous entoure.

En chemin, certains nous ont quittés, d’autres nous ont rejoints. Ces nouvelles recrues ont la sensibilité et le profil pour améliorer notre projet

En la matière, il n’y a pas de limite, ne soyons pas avares de notre temps, de nos énergies pour cheminer vers plus de Beauté.

Dans un monde où l’on bouscule les valeurs, où les angoisses nous étreignent, il est important que chacun apporte le meilleur de lui-même au bénéfice des autres, qui le lui rendront bien.

« Je tracerai une ligne et ce sera la vie. »  nous dit  Hokusaï .

« Tracer une ligne n’est pas une affaire simple : le cœur doit être grand et vide », répond un  proverbe chinois.

Et Georges Braque de déclarer:

« J’aime la règle qui corrige l’émotion, j’aime l’émotion qui corrige la règle »

Je remercie les membres  de nos ateliers qui sont des artistes sincères, qui travaillent, progressent et rayonnent: ils sont des artisans d’un monde plus harmonieux.

Jean Roulet

Shortcuts & Links

Search

Latest Posts