Pol Boom

IMG_0001_NEW            Pol avec  …….. et Olivier Strebelle : cliquez ici

img_0007_1

Picture 1 of 66

[imagebrowser id=30]Hommage à Pol Boom qui a marqué de son empreinte l’atelier de céramique. Voici l’hommage prononcé par Jean Roulet lors de son incinération en 2004.

Notre maître nous a quitté.

Dans un monde où les valeurs évoluent très vite, où la générosité et le désintéressement deviennent des qualités rares, dans un monde où le médiocre est élevé au niveau du sublime, dans un monde où l’art n’a de référence que l’argent, Pol Boom n’a jamais compté son temps pour nous enseigner son art et nous transmettre les techniques de son métier d’artiste. D’humeur toujours égale, il était attentif à tous et en particulier aux débutants auxquels il prodiguait les meilleures de ses attentions. C’est pour cela que certains d’entre nous l’ont appelé « maître ».

Né en 1924, ancien de l’Académie St-Luc, il avait 20 ans pendant la guerre, une période difficile pour étudier. Il a ensuite consacré toute sa vie à l’art, à tous les arts . Autodidacte, curieux de tout, il a expérimenté toutes les disciplines. Sculpteur, il n’a jamais cessé de dessiner. Dessinateur infatigable, il transformait ensuite les multiples croquis en autant de peintures accomplies. Mais c’est en sculpture que ses qualités vont peu à peu s’affirmer .

Praticien recherché, il a collaboré à de multiples réalisations en sculptures monumentales avec des artistes de renom et il a mené à bien de nombreux projets inspirés par Olivier STREBELLE, Philippe BRODZKI et René JULIEN en Belgique et à l’étranger.

Pol, tu as fréquenté de nombreuses académies, tu as enseigné de 1975 à 1990 à l’académie de St-Josse ten Noode et principalement en t’occupant des classes des jeunes enfants attirés par l’art. Pour la gravure, tu rejoignais tes amis de la Rhok à Etterbeek.

Moi, c’est en 1967 que je t’ai découvert dans l’atelier de céramique où tu t’occupais des cuissons et où tu aimais déjà communiquer ton savoir. Tu circulais d’atelier en atelier comme une abeille, butinant tout sur ton passage. Tu me donnais l’impression d’y vivre toute la semaine et moi, je n’y allais qu’une ou deux fois ….. quelle erreur.

Un jour de 1968, en mai sans doute, le directeur de l’époque a fait défenestrer la bibliothèque pour libérer un local . Un étage plus bas, la cour était remplie de modèles en plâtre et couverte de livres d’art et d’architecture. A deux, en plusieurs voyages, nous avons ramené chacun chez nous une tonne de livres et plusieurs beaux modèles en plâtre… qui servent aujourd’hui Rue Vogler ….. la Rue Vogler où tu nous as rejoint 25 ans après !… Un atelier où, librement et spontanément et surtout gracieusement, tu as prodigué  conseils et encouragements.

Dix ans de bonheur, de complicité et d’échanges…. Tu consacrais trois jours par semaine de ton temps précieux à notre association. Ta patience, ta discrétion font l’unanimité dans un atelier qui s’est développé grâce à toi.

Dans l’intimité entre celui qui montre et celui qui regarde, entre le maître et l’élève naît la conception du vrai, la conception du beau. Et tu aimais le beau, Pol.

L’art du sculpteur est, sans doute, de tous les arts plastiques, celui qui s’élabore avec le plus de lenteur et qui ne s’accomplit que dans la probité. Lent, parce qu’il requiert de ceux qui en suivent les voies profondes – pierres, métaux, terres ou bois – un savoir-faire et des qualités artisanales qui prolongent la méditation. Probe en ce qu’il exclut les facilités et l’à peu près. Cette apparente lenteur, ce calme que tu nous communiquais étaient autant de messages que nous aurons à retenir. Le message d’un artiste véritable: celui de n’être jamais satisfait, de remettre mille fois son ouvrage sur le métier.

Pol, ton message nous habite pleinement et il nous faudra longtemps pour bien l’assimiler, le comprendre et en exploiter toutes les facettes;

Il n’y a de véritable mort que dans l’oubli.

Tu nous laisses une oeuvre et des exemples, tu nous laisses de nombreux outils, tu nous laisses une méthode et une énergie.

Tu nous laisses surtout beaucoup d’amour, l’exemple d’un homme serein, accompli, refusant l’égoïsme et la médiocrité.

Shortcuts & Links

Search

Latest Posts